Le faîtage : un élément essentiel au toit

Vous avez déjà surement entendu parler du faîtage, mais concrètement vous ne savez pas de quoi il s’agit. Pour commencer, le terme « faîte » désigne la ligne de rencontre entre deux versants d’une toiture. En d’autres termes, c’est l’élément de la toiture en pente qui forme le sommet de celle-ci. Le faîtage lui est relatif à l’ouvrage qui consiste à joindre ces deux parties. Il est considéré comme la pierre angulaire de la toiture en ce sens où il garantit l’étanchéité de la couverture et sa solidité  face aux intempéries. Cette étape de la construction ne doit donc pas être prise à la légère. Elle doit par contre être réalisée avec minutie. Pour ce faire, l’intervention d’un spécialiste en toiture tel que le couvreur est requise.

Les différents types de faîtages : parlons-en !

Le type des matériaux qu’on a utilisés pour la couverture du toit détermine le type de faîtage qui lui convient. En effet, il semble des plus logiques que vous ne pouvez pas poser un faîtage en paille sur une toiture en tuile. Ainsi donc, voici les différents types de faîtage avec les types de matériaux sur lesquels ils se posent :

  • Les faîtages en tuiles traditionnelles : ce sont les mêmes tuiles utilisées pour recouvrir les versants de la toiture. Ils sont disposés de manière à recouvrir la faîtière. Généralement, ces tuiles sont construites en mortier.
  • Les faîtages en tuiles industrielles : ils ont été façonnés de manière à avoir une forme spécifique. Ce qui facilite leur pose et qui leur permet de joindre fermement les deux versants de la toiture.
  • Les faîtages en zinc ou en ardoise : ils sont conçus pour être posé sur les revêtements de toiture en zinc ou en ardoise. Ils se présent sous la forme d’une plaque courbée.
  • Les faîtages en paille : il s’agit d’une couche supplémentaire de paille que l’on va venir disposer au point de rencontre des deux versants. Cette couche permet d’optimiser l’étanchéité du toit. Généralement, on utilise ce type de faîtage pour les toits en paille de forme arrondie
  • Les faîtages en argile sont destinés aux toits en chaume. Ce qui nous permet de planter des iris au sommet de la toiture.

 

Quelles sont les différentes techniques utilisées pour la pose du faîtage ?

Le faîtage est un élément essentiel de votre toiture. Sa pose est une étape cruciale dont dépendent l’étanchéité et la solidité de votre toit. Pour cette opération, il est vivement conseillé d’avoir recours à l’aide d’un couvreur professionnel comme ce couvreur en Corrèze. En effet, la technique de pose varie en fonction du matériau utilisé pour recouvrir le toit. On distingue principalement deux techniques:

  • Le scellement au mortier : les tuiles sont réunies grâce à du mortier. Tout d’abord, on étale cette matière. On vient ensuite poser les faîtières une à une. Exercez par la suite une pression sur celles-ci pour qu’elles se fixent bien au mortier. Enfin, il suffit de façonner les faîtières de manière à ce que les joints soient réguliers.
  • La pose à sec : des tuiles spéciales sont utilisée. En fait, celles-ci disposent d’un système à emboîtement. Grâce à ce dernier, les tuiles sont plus faciles à poser.

Pour conclure, le faîtage désigne à la fois les tuiles qui vont former le sommet de la toiture en pente et l’opération qui vise même à poser ces tuiles pour garantir l’étanchéité et la solidité du toit. Cette opération peut être réalisée par vos propres moyens. Sachez toutefois qu’en raison de la délicatesse de celle-ci, il est indispensable de la réserver aux professionnels comme les couvreurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *