Tout savoir sur les installations électriques d’une habitation collective

Après l’édification d’un bâtiment, on passe maintenant aux installations électriques. Celles-ci serviront à alimenter les appareils dans l’habitation, que ce soit à l’extérieur ou à l’intérieur. Pour que la pose se fasse dans les normes et que rien ne soit laissé au hasard, voici quelques points à considérer.

Les installations à prévoir pour un immeuble en copropriété

Lors d’une construction d’habitat collectif, on peut rajouter d’autres installations électriques pour optimiser la sécurité des habitants. Par exemple, on peut prévoir la pose d’un système anti-intrusion. Celui-ci permettra d’alerter en cas de cambriolage. En effet, c’est une parfaite solution pour protéger les appartements des intrus qui tentent d’y pénétrer. On peut choisir entre les caméras de vidéosurveillance ou un système d’alarme. Puis, il est aussi recommandé d’installer des détecteurs de fumée dans chaque logement. D’ailleurs, c’est une obligation légale qui a été dictée depuis l’année 2005. Ensuite, les constructeurs ont le choix d’aménager ou non des extincteurs. Toutefois, ces derniers sont très utiles. C’est un excellent moyen de défense contre le feu.

En outre, il est conseillé de prévoir un système de réglage d’éclairage de la résidence. Il est essentiel pour varier l’intensité lumineuse. Cela permettra aux habitants d’avoir une atmosphère chaleureuse selon leur convenance. Pour que les installations soient bien faites, il est important de faire appel à une entreprise d’électricité bâtiment. Enfin, il est possible d’instituer dans un immeuble en copropriété un contacteur d’heures creuses et un délesteur. Ils permettront de stopper l’alimentation de quelques appareils pendant des heures lors d’un appel de courant ou surintensité transitoire. C’est une façon d’éviter la disjonction de l’installation électrique entière.

Les normes à respecter pour une parfaite installation électrique

L’installation électrique d’un habitat collectif ne doit jamais être effectuéeà la légère. Il faut toujours prendre en compte la norme NF C 15-100. Celle-ci définit les règles à respecter pour garantir une totale sécurité et un bon fonctionnement des appareils. On note que tous les fils qui seront utilisés doivent disposer d’un diamètre supérieur à 1,5 mm. Mais cela peut varier en fonction d’autres paramètres. Puis, le nombre de prises électriques qui sera posé dépendra de l’espace. Par exemple, une pièce de séjour doit posséder cinq prises. Mais dans tous les cas, pour empêcher les éventuels cas d’incendie ou d’électrocutions, il existe d’autres mesures à prendre en compte. A cet effet, on installera différents disjoncteurs dans chaque appartement pour assurer la sécurité des habitants.

Afin de se protéger contre les foudres, il est essentiel de mettre en place les équipements adéquats. Ceux-ci varieront en fonction des lieux d’implantation de l’édifice. Par exemple, il est crucial pour un bâtiment situé dans un département à risque ou AQ2 d’installer le parafoudre. A noter que le niveau de risque de foudre dans cette zone dépasse les 25 jours par an. La norme NF C 15-100 a également fixé des règles sur les tableaux électriques généraux. Celles-ci stipulent que chaque tableau doit avoir une réserve d’emplacement disponible pour prévoir une installation future. Elles précisent aussi que chaque local à usage de logement et disposant de plusieurs pièces doit détenir son propre dispositif de coupure d’urgence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *