Construction véranda : les professionnels appliquent des nouveaux tarifs

Selon une étude réalisée par BatiEtude auprès de 400 particuliers, plus de 800 000 vérandas sont construites et rénovées chaque année en France. Avec un coût moyen de 20 000 euros entre les années 2008 et 2012, le prix de cette construction a connu une hausse depuis le début de cette année, d’après les professionnels en menuiserie. Les artisans expliquent cette augmentation par la qualité des matériaux utilisés et l’augmentation du prix des équipements. Quoi qu’il en soit, bien que la véranda constitue un investissement qui mérite réflexion, plusieurs foyers sont de plus en plus séduits par le projet, selon les études du SNFA, l’organisation professionnelle qui représente les concepteurs, fabricants et installateurs spécialisées dans les menuiseries extérieures. Conscient que le projet d’installation de véranda doit s’accompagner de la réalisation de formalités obligatoires, véranda 77, tout comme de nombreuses entreprises spécialisées, propose des services qui vont dans ce sens.

Des nouveaux prix appliqués

Depuis 2011, le prix des vérandas 77 a plus ou moins stagné, et il n’a connu de vraie augmentation qu’à la fin de l’année 2018. Si le prix moyen de cet équipement tournait autour de 650 à 2800 euros le m² en 2016, aujourd’hui, ce tarif a largement haussé. Et pour cause, les matériaux utilisés deviennent de plus en plus haut de gamme, selon les dires des professionnels. Ainsi, à l’heure actuelle, on peut trouver des vérandas à prix très différents sur le marché. D’autant que toutes les entreprises ne pratiquent pas les mêmes tarifs. Pour une véranda en kit, les professionnels affichent une fourchette de 2000 à 15000 euros. Pour les modèles classiques et bas de gamme, le prix minimum est de 2000 euros. Les modèles à moyen de gamme et qui présentent une certaine qualité se vendent actuellement à 8500 euros environ. Et les vérandas 77 en kit haut de gamme sont accessibles à un prix de 15000 euros. En ce qui concerne les vérandas en PVC, les vérandalistes proposent des tarifs assez vagues, oscillant autour de 10 000 à 30 000 euros. Un modèle en PVC bas de gamme est à 10 000 euros au minimum, 20 000 euros pour une véranda en PVC moyen de gamme, et 30 000 euros pour les modèles haut de gamme.

Pour le bois, le prix oscille entre 15 000 à 45 000 euros, contre 10 000 à 40 000 euros en 2016. En effet, il est possible, selon un vérandaliste, de trouver une véranda en bois à prix réduit, mais la qualité du bois utilisé laisse souvent à désirer. Ainsi, de nos jours, pour obtenir une véranda en bois de qualité assez bonne, le prix est de 15 000 euros minimum. Pour les modèles de bonne qualité, 30 000 euros sont à prévoir, et pour une véranda en bois de haute qualité, le prix tourne autour de 45 000 euros. Les modèles aluminium se vendent à un tarif de 15 000 à 50 000 euros selon la gamme et le modèle choisi. Et quant aux vérandas en acier, les vérandalistes de préciser qu’il s’agit des modèles les plus onéreux du marché. Si la majorité des entreprises pratiquent un prix de 45 000 euros en moyenne pour ce type de véranda, le prix minimum pour une véranda en acier est de 30 000 euros. Ce prix peut atteindre les 55 000 euros en fonction de la gamme du produit. Néanmoins, les professionnels conseillent aux clients de toujours faire un devis avant de se lancer dans un projet de construction. Et dans ce sens, il existe actuellement plusieurs entreprises comme véranda 77 qui proposent un devis gratuit pour les travaux de construction véranda. Il est à noter que les tarifs cités ci-dessus sont issus de moyennes de prix de plusieurs sites de fabricant de véranda.

Des réglementations en vigueur

Aujourd’hui, la véranda séduit de plus en plus de foyer en France. C’est pourquoi la commune a tenu de rappeler les réglementations en vigueur relatives à la construction de ce type d’habitation. Même si ces lois n’ont pas changé, il est important, selon la mairie, de les rappeler afin d’éviter tout éventuel problème lors de la construction. Ainsi, il est nécessaire de se référer au plan local d’urbanisme, réaliser une déclaration de travaux à l’avance, de déposer un permis de construire, de faire appel à un architecte en fonction de la nature et de l’envergure des travaux. Le non-respect de ces règles est passible d’une sanction financière et de la destruction de la véranda, a précisé la commune. Qui plus est, l’installation d’une surface supplémentaire à une maison a une incidence fiscale.

Le PLU et son importance

En 2001, le plan d’occupation des sols ou POS est remplacé par le plan local d’urbanisme ou PLU, ce dernier qui est toujours en vigueur jusqu’à maintenant. La mairie explique qu’il s’agit d’un document légal qui permet d’encadrer les constructions, l’architecture et l’implantation au niveau local. Le PLU est applicable à toute construction prévue pour être pérenne. Il est, cependant, à noter que toutes les zones de la commune ne sont pas forcément couvertes par le PLU.

En ce qui concerne la véranda, la commune considère qu’il s’agit d’une construction durable, donc qui doit respecter le PLU. Consultable auprès de la mairie, ce plan permet de connaître exactement la distance à respecter vis-à-vis du voisinage, les formes, ainsi que les matériaux autorisés pour la véranda. Le bois, le PVC, l’aluminium, l’acier et le fer forgé sont aujourd’hui les matériaux utilisés pour la fabrication des vérandas. Et dans les zones classées ou protégées, seuls l’acier et le fer forgé sont les matériaux acceptés.

Selon toujours la commune, les démarches ont été récemment simplifiées, et ce qui a grandement contribué à la hausse des demandes. Si auparavant, il fallait se renseigner auprès de la mairie sur le coefficient d’occupation des sols, aujourd’hui, il suffit de respecter le PLU de la ville en question.

Déclaration préalable ou permis de construire ?

La construction d’une véranda est soumise à des règles en ce qui concerne la surface à travailler. Pour une dimension de moins de 20 m², une simple déclaration de travaux suffit. En présence d’un PLU, cette surface peut atteindre les 40 m². Mais en fonction de la commune, il est possible qu’avec ces surfaces, un permis de construire soit requis. Ainsi, avant de faire construire une véranda par une entreprise véranda 77, il est important de consulter les services d’urbanisme de la commune.

Par ailleurs, la distance soumise aux règles de construction est actuellement de 500 m dans les zones classées ou à proximité d’un monument historique. Au-delà, l’aval des architectes des bâtiments de France est nécessaire, avec un délai d’instruction de 1 à 3 mois en général. De ce fait, les entreprises de vérandas proposent aux clients une intervention complète des démarches administratives, passant par le choix des matériaux, jusqu’à la construction de la véranda dans le but d’éviter tout risque de litige avec la commune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *